Les examens professionnels des enseignants artistiques spécialisés

resize

AddToAny

Share/Save

I. Présentation générale

 

I.1. Deux types d'examen professionnel : les examens d'avancement de grade et les examens de promotion interne

L'examen professionnel est réservé aux agents titulaires d'un grade de la fonction publique territoriale qui désirent obtenir un avancement au grade immédiatement supérieur dans leur cadre d'emplois (examens d'avancement de grade) ou évoluer dans un cadre d'emplois supérieur (examens de promotion interne).

 

I.2. Les examens professionnels sont réservés aux fonctionnaires titulaires

Peuvent se présenter à un examen professionnel :

- les fonctionnaires en activité.

- les fontionnaires en congé parental. Le congé parental est considéré comme du service effectif dans sa totalité la première année, puis pour moitié les années suivantes.

- les fonctionnaires en détachement pour accomplir un mandat local ou national. Toutefois, la durée du mandat local ou national ne peut être comptabilisée comme du service effectif.

- les fonctionnaires en détachement pour exercer un mandat syndical. Toutefois, les services effectués en détachement ne peuvent être retenus dans la comptabilisation des services effectifs.

- les fonctionnaires mis à disposition d’une organisation syndicale. Toutefois, les services effectués lors d’une mise à disposition ne peuvent être retenus dans la comptabilisation des services effectifs. 

 

Ne peuvent pas se présenter à un examen professionnel :

- les fonctionnaires en disponibilité ;

- les agents non-titulaires.

 

I.3. Calendrier des examens professionnels

Le Calendrier prévisionnel des concours et examens professionnels 2016-2018 adopté par la Fédération nationale des centres de gestion est consultable sur le site du Centre Interdépartemental de gestion de la Grande Couronne de la Région Ile-de-France.

A l'heure où ces lignes sont écrites (MAJ : 04/05/2017), il est annoncé :

- qu'un examen professionnel d'avancement au grade d'ATEA principal de 2ème classe sera organisé en 2018 : retrait des dossiers entre le 13 mars et le 11 avril 2018, retour des dossiers avant le 19 avril 2018, début des épreuves le 17 septembre 2018.

- qu'un examen professionnel d'avancement au grade d'ATEA principal de 1ère classe sera organisé en 2018 : retrait des dossiers entre le 13 mars et le 11 avril 2018, retour des dossiers avant le 19 avril 2018, début des épreuves le 17 septembre 2018.

 

I.4. Préparer les épreuves

Pour chaque concours ou examen professionnel, l’Ariam Ile-de-France organise des formations de préparation, dans le cadre de son offre de formation « catalogue », ou en formation sur site.

 

Le candidat gagnera à consulter :

- la fiche métier « Enseignant artistique » du CNFPT ; 

- le Guide pratique de l'enseignement artistique édité en 2008 par le CNFPT.

 

Les centres de gestion ont édité en novrembre 2016 des notes de cadrage concernant les épreuves de l'examen professionnel de promotion interne au cadre d'emplois des PEA. Ces notes de cadrage concernent :

- l'épreuve de mise en situation pédagogique (et l'entretien relatif à cette mise en situation) en art dramatique, en danse, en musique (accompagnateur musique / danse, direction d'ensembles, FM, culture musicale, écriture, composition électroacoustique, disciplines instrumentales ou vocales) ou pour les professeurs chargés de direction ;

- l'entretien d'admission en art dramatique, danse et musique.

 

Sont en outre disponibles dans les notes de cadrage mises en lien des conseils relatifs :

- au dossier du concours externe de PEA ;

- au dossier, à l'épreuve artistique et pédagogique (en danse ; en art dramatique ;  pour les accompagnateurs musique et danse ; pour les chefs d'ensembles instrumentaux pour les professeurs de culture musicale, d'écriture, de formation musicale, de jazz, de composition électroacoustique, de MAA, d'accompagnement, d'instrument ou de chant, ; pour les professeurs chargés de direction), à l'entretien (en danse ; en art dramatique ; en direction d'ensembles vocaux ; en instrument, chant, musique ancienne, jazz et MAA ; pour les professeurs chargés de direction) et à l'épreuve facultative de langue du concours interne de PEA.

- à l'entretien pour l'examen professionnel d'avancement au grade d'ATEA principal de 1ère classe.

Les candidats gagneront à consulter ces documents (notamment pour ce qui concerne l'entretien), en gardant à l'esprit que ces notes de cadrage sont relatives à des épreuves dont les contenus diffèrent parfois sensiblement de celles proposées dans le cadre des différents examens professionnels.

 

II. Examen professionnel d’avancement au grade d’assistant d’enseignement artistique principal de 2e classe

 

II.1. Conditions d'éligibilité

Cet examen d'avancement de grade est ouvert aux AEA titulaires justifiant d'au moins un an dans le 4e  échelon et d'au moins 3 années de services effectifs dans un corps, cadre d’emplois ou emploi de catégorie B ou de même niveau (article 25 du décret n°2010-329 du 22 mars 2010).

Il convient de noter :

- que cette expérience peut avoir été exercée comme titulaire ou comme contractuel : les services effectués comme agent non-titulaire doivent bien être comptabilisés au titre des "services effectifs" exigés (voir la jusrisprudence du Conseil d'Etat, arrêt n°325144 du 23 décembre 2010).

- que tout temps de travail supérieur ou égal au mi-temps est considéré comme équivalent temps plein ; un temps de travail inférieur au mi-temps est comptabilisé au prorata du temps complet (voir l'article 13 du décret n° 91-298 du 20 mars 1991 modifié). 

- que l'article 16 du décret n°2013-593 du 5 jullet 2013 dispose que les candidats peuvent subir un examen professionnel au plus tôt un an avant la date à laquelle ils remplissent les conditions évoquées ci-dessus.

 

II.2. Nature des épreuves

Le décret n°2012-1017 du 3 septembre 2012 dispose que cet examen professionnel consiste en un entretien de 20 minutes ayant pour point de départ un exposé de 5 minutes du candidat sur son expérience, sa motivation et son projet pédagogique. Le dossier du candidat, comprenant le dossier professionnel qu’il a constitué au moment de son inscription, un rapport établi par l’autorité territoriale et, le cas échéant, toute pièce dont il juge utile de faire état, est remis au jury préalablement à cette épreuve.

 

III. Examen professionnel d’avancement au grade d’assistant d’enseignement artistique de 1ère classe

 

III.1. Conditions d'éligibilité

Cet examen d'avancement de grade est ouvert aux ATEA principaux de 2e classe justifiant d’au moins deux ans dans le 5e échelon du deuxième grade et d’au moins 3 années de services effectifs dans un corps, cadre d’emplois ou emploi de catégorie B ou de même niveau. Il convient de noter :

- que cette expérience peut avoir été exercée comme titulaire ou comme contractuel : les services effectués comme agent non-titulaire doivent bien être comptabilisés au titre des "services effectifs" exigés (voir la jusrisprudence du Conseil d'Etat, arrêt n°325144 du 23 décembre 2010).

- que tout temps de travail supérieur ou égal au mi-temps est considéré comme équivalent temps plein ; un temps de travail inférieur au mi-temps est comptabilisé au prorata du temps complet (voir l'article 13 du décret n° 91-298 du 20 mars 1991 modifié). 

- que l'article 16 du décret n°2013-593 du 5 jullet 2013 dispose que les candidats peuvent subir un examen professionnel au plus tôt un an avant la date à laquelle ils remplissent les conditions évoquées ci-dessus.

 

III.2. Nature des épreuves

Le décret n°2012-1017 du 3 septembre 2012 dispose que cet examen professionnel consiste en un entretien de 20 minutes ayant pour point de départ un exposé de 5 minutes du candidat sur son expérience, sa motivation et son projet pédagogique. Le dossier du candidat, comprenant le dossier professionnel qu’il a constitué au moment de son inscription, un rapport établi par l’autorité territoriale et, le cas échéant, toute pièce dont il juge utile de faire état, est remis au jury préalablement à cette épreuve.

 

IV. Examen professionnel d'accès par voie de promotion interne au cadre d'emplois des professeurs d’enseignement artistique

 

IV.1. Conditions d'éligibilité

Peuvent s'inscrire à cete examen professionnel les fonctionnaires ustifiant d'au moins dix années de services effectifs accomplis "dans les grades d'ATEA principal de 2ème ou de 1ère classe" (article 5 du décret n°2012-437 du 29 mars 2012) :

A ce sujet, il convient de noter :

- que cette expérience doit avoir été exercée comme titulaire ou stagiaire ;

- que tout temps de travail supérieur ou égal au mi-temps est considéré comme équivalent temps plein ; un temps de travail inférieur au mi-temps est comptabilisé au prorata du temps complet (voir l'article 13 du décret n° 91-298 du 20 mars 1991 modifié)

- que l'article 16 du décret n°2013-593 du 5 jullet 2013 dispose que les candidats peuvent subir un examen professionnel au plus tôt un an avant la date à laquelle ils remplissent les conditions évoquées ci-dessus.

L’application combinée de ces diverses dispositions autorise à participer à l'examen professionnel organisé en 2017 :
- les fonctionnaires en activité le 22 décembre 2016 ;
- justifiant au 1er janvier 2017 d’au moins 9 années de services comme titulaire ou stagiaire dans les grades d’ATEA principal de 2ème ou de 1ère classe (anciennes dénominations : assistant et assistant spécialisé d’enseignement artistique). Tout temps de travail supérieur ou égal au mi-temps est considéré comme un temps plein ; tout temps de travail inférieur au mi-temps sera comptabilisé au prorata du temps complet.

 

IV.2. Nature des épreuves

Le décret n°92-895 du 2 septembre 1992 a été modifié par le décret n° 2016-977 du 18 juillet 2016. L'arrêté du 18 juillet 2016 le complète en fixant le programme des épreuves de cet examen professionnel. Les descriptifs d'épreuves que l'on peut lire ailleurs sur le Net et qui ne prennent pas en compte ces nouveaux textes de juillet 2016 (comme ici, par exemple) ne sont plus d'actualité. Et l'on ne peut que conseiller aux candidats de consulter en détail ces nouveaux textes, dont nous synthétisons ci-dessous les contenus.

Les centres de gestion ont par ailleurs édité en novrembre 2016 des notes de cadrage concernant les épreuves de l'examen professionnel de promotion interne au cadre d'emplois des PEA. Ces notes de cadrage concernent :

- l'épreuve de mise en situation pédagogique (et l'entretien relatif à cette mise en situation) en art dramatique, en danse, en musique (accompagnateur musique / danse, direction d'ensembles, FM, culture musicale, écriture, composition électroacoustique, disciplines instrumentales ou vocales) ou pour les professeurs chargés de direction ;

- l'entretien d'admission en art dramatique, danse et musique.

- Pour la spécialité "Musique" :

Le candidat choisit, au moment de son inscription à l'examen, celle des disciplines dans laquelle il souhaite subir l'examen. Ce qui semble vouloir dire qu'un candidat peut se présenter dans une discipline différente de celle dans laquelle il a acquis son ancienneté - ce qui lui permet notamment de se présenter en composition électroacoustique, en écriture ou en culture musicale.

L'examen professionnel comporte :

Une épreuve d'admissibilité, consistant en la conduite d'une séance de travail dispensée à un ou plusieurs élèves de troisième cycle, cycle spécialisé ou cycle d'orientation professionnelle. Après un échange rapide avec les élèves présents, le candidat choisit de faire travailler l'un ou plusieurs d'entre eux sur leur répertoire en cours d'apprentissage ; le travail peut inclure des séquences à partir de pièces proposées par le candidat. La mise en situation pédagogique dure 30 minutes ; elle est suivie de 10 minutes d'entretien. Cet entretien porte sur les aspects artistiques et pédagogiques du cours (technique, didactique et culture du champ disciplinaire). Certains conseils apportés par cette note de cadrage aux candidats au concours interne de PEA peuvent également concerner cette épreuve d'admissibilité.

Pour les disciplines jazz et musiques actuelles amplifiées : la séance est obligatoirement dispensée à un groupe constitué d'au moins trois élèves.

Pour les disciplines FM, culture musicale, écriture, composition élecroacoustique : la séance de travail est dispensée à un groupe d'élèves de niveau homogène (troisième cycle, cycle spécialisé ou cycle d'orientation professionnelle). Le candidat prévoit le matériel nécessaire à tout le groupe (partitions, enregistrements, documents, instruments éventuels, etc.). Un piano et un matériel d'écoute sont mis à sa disposition. Pour la discipline Formation musicale, la séance comprend une séquence de travail vocal accompagné au piano. Pour les disciplines Écriture et Composition électroacoustique, la séance a pour point de départ les travaux des élèves.

Pour la discipline accompagnement musique : la séance comporte l'accompagnement d'une œuvre ou d'un extrait d'œuvre de 3 à 5 minutes, interprétée par un élève instrumentiste ou chanteur de niveau troisième cycle, cycle spécialisé ou cycle d'orientation professionnelle, suivi d'un temps de travail sur l'œuvre avec l'élève. La partition de l'œuvre est communiquée avant l'épreuve au candidat, qui dispose d'un temps de préparation de 15 minutes dans une salle équipée d'un piano. Au début de l'épreuve, l'œuvre est exécutée une première fois intégralement par l'élève accompagné par le candidat.

Pour la discipline accompagnement danse : la séance de travail consiste en l'accompagnement d'un cours de danse qui s'adresse à des élèves de troisième cycle en interaction pédagogique avec le professeur et les élèves. La séance de travail comporte notamment des exercices permettant d'apprécier la capacité du candidat à improviser. Durant le cours, une séquence d'une durée de cinq minutes environ est consacrée à une intervention pédagogique du candidat auprès des élèves à partir d'un élément technique de son choix en lien avec la séance de travail. Il peut s'agir de formation musicale, de rythme corporel, de culture musicale ou de tout autre élément que le candidat souhaite approfondir avec les élèves.

Pour les disciplines de direction d'ensembles (instrumentaux ou vocaux) : la séance de travail avec un ensemble instrumental ou vocal, a lieu selon la discipline choisie par le candidat lors de son inscription. La partition de l'œuvre interprétée par l'ensemble est communiquée avant l'épreuve au candidat, qui dispose d'un temps de préparation d'une heure.

 

Une épreuve d'admission, consistant en un entretien de 30 minutes. Cet entretien est précédé d'un court exposé au cours duquel le candidat présente son parcours professionnel, ses compétences, sa motivation et son projet pédagogique (= sa conception de l'enseignement de sa discipline).  Les questions du jury doivent ensuite permettre d'évaluer :

- les acquis de l'expérience professionnelle du candidat ; 

- les connaissances du candidat dans sa discipline artistique (culture musicale, didactique de la discipline) ; 

- sa capacité à travailler en équipe ;

- sa connaissance de l'environnement territorial (connaissance élémentaire du fonctionnement d'une collectivité territoriale, de l'organisation administrative d'un conservatoire, des cadres d'emplois de la filière culturelle). Le candidat doit notamment manifester une connaissance du dispositif de classement des conservatoires, de la Charte de l'enseignement artistique spécialisé, du Schéma national d'orientation pédagogique dans la spécialité "Musique", de l'introduction de ce schéma commune à toutes les spécialités ; il devra s'être approprié ces textes et montrer sa capacité à les mettre en oeuvre (organisation globale des cursus, progression de l'enseignement, enjeux des enseignements complémentaires, enjeux de la transversalité des disciplines, missions et place du conservatoire dans la cité, etc.)

 

En vue de cette épreuve, le candidat établit un dossier décrivant son expérience professionnelle qu'il remet au centre de gestion organisateur de l'examen au plus tard la veille du 1er jour des épreuves d'admissibilité. Ce dossier n'est pas noté : seul l'entretien avec le jury donne lieu à une notation.

Le dossier comprend un rapport établi par l'autorité territoriale et toute pièce dont le candidat juge utile de faire état. Il doit par ailleurs comporter un certain nombre d'informations détaillées dans ce document.

 

- Pour la spécialité "Danse" :

Le candidat choisit, au moment de son inscription à l'examen, celle des disciplines dans laquelle il souhaite subir l'examen.

L'examen professionnel comporte :

Une épreuve d'admissibilité, consistant en la conduite d'une séance de travail dispensée à un groupe d'au moins cinq élèves de troisième cycle, cycle spécialisé ou cycle d'orientation professionnelle suivi d'un entretien (durée : 40 minutes pour la conduite de la séance de travail suivie de 10 minutes pour l'entretien). Cet entretien porte sur les aspects artistiques et pédagogiques du cours (technique, didactique et culture du champ disciplinaire).

Une épreuve d'admission, consistant en un entretien de 30 minutes. Cet entretien est précédé d'un court exposé au cours duquel le candidat présente son parcours professionnel, ses compétences, sa motivation et son projet pédagogique (= sa conception de l'enseignement de sa discipline).  Les questions du jury doivent ensuite permettre d'évaluer :

- les acquis de l'expérience professionnelle du candidat ; 

- les connaissances du candidat dans sa discipline artistique (culture chorégraphique et musicale, didactique de la discipline, analyse fonctionnelle du corps dans le mouvement dansé, prévention des risques) ; 

- sa capacité à travailler en équipe ;

- sa connaissance de l'environnement territorial (connaissance élémentaire du fonctionnement d'une collectivité territoriale, de l'organisation administrative d'un conservatoire, des cadres d'emplois de la filière culturelle). Le candidat doit notamment manifester une connaissance du dispositif de classement des conservatoires, de la Charte de l'enseignement artistique spécialisé, du Schéma national d'orientation pédagogique dans la spécialité "Danse", de l'introduction de ce schéma commune à toutes les spécialités ; il devra s'être approprié ces textes et montrer sa capacité à les mettre en oeuvre (organisation globale des cursus, progression de l'enseignement, enjeux des enseignements complémentaires, enjeux de la transversalité des disciplines, missions et place du conservatoire dans la cité, etc.)

Le dossier comprend un rapport établi par l'autorité territoriale et toute pièce dont le candidat juge utile de faire état. Il doit par ailleurs comporter un certain nombre d'informations détaillées dans ce document.

 

- Pour la spécialité "Art dramatique" :

L'examen professionnel comporte :

Une épreuve d'admissibilité, consistant en la conduite d'une séance de travail, dispensée à un groupe d'au moins trois élèves, ayant une pratique du texte et de l'interprétation, à partir d'un extrait d'œuvre littéraire ou dramatique (prose ou vers) remis au candidat par le jury au début de la préparation. La conduite de cette séance de travail consiste en un travail d'interprétation du texte, appuyé sur une préparation physique et vocale articulée avec l'axe artistique et pédagogique choisi. Elle est suivie d'un entretien portant sur la conduite de cette séance de travail, et plus généralement sur les éléments techniques et artistiques de la spécialité (durée totale de l'épreuve : 30 minutes suivie de 10 minutes d'entretien avec le jury - préparation : 15 minutes).

Une épreuve d'admission, consistant en un entretien de 30 minutes. Cet entretien est précédé d'un court exposé au cours duquel le candidat présente son parcours professionnel, ses compétences, sa motivation et son projet pédagogique (= sa conception de l'enseignement de sa discipline).  Les questions du jury doivent ensuite permettre d'évaluer :

- les acquis de l'expérience professionnelle du candidat ; 

- les connaissances du candidat dans sa discipline artistique (culture théâtrale, didactique de la discipline, histoire et fondements artistiques et politiques du théâtre, place du théâtre parmi les autres arts) ; 

- sa capacité à travailler en équipe ;

- sa connaissance de l'environnement territorial (connaissance élémentaire du fonctionnement d'une collectivité territoriale, de l'organisation administrative d'un conservatoire, des cadres d'emplois de la filière culturelle). Le candidat doit notamment manifester une connaissance du dispositif de classement des conservatoires, de la Charte de l'enseignement artistique spécialisé, du Schéma national d'orientation pédagogique dans la spécialité "Théâtre", de l'introduction de ce schéma commune à toutes les spécialités ; il devra s'être approprié ces textes et montrer sa capacité à les mettre en oeuvre (organisation globale des cursus, progression de l'enseignement, enjeux des enseignements complémentaires, enjeux de la transversalité des disciplines, missions et place du conservatoire dans la cité, etc.)

Le dossier comprend un rapport établi par l'autorité territoriale et toute pièce dont le candidat juge utile de faire état. Il doit par ailleurs comporter un certain nombre d'informations détaillées dans ce document.

 

- Pour la discipline "Professeur chargé de direction" :

L'examen professionnel comporte :

Une épreuve d'admissibilité : le candidat choisit lors de son inscription la discipline dans laquelle il souhaite subir l'épreuve d'admissibilité.

Une épreuve d'admission, consistant en un entretien de 30 minutes. Cet entretien est précédé d'un court exposé au cours duquel le candidat présente son parcours professionnel, ses compétences et sa motivation. Les questions du jury doivent ensuite permettre d'évaluer :

- les acquis de l'expérience professionnelle du candidat ; 

- ses capacités de gestion et d'encadrement  ;

- ses connaissances administratives et de l'environnement territorial (fonctionnement d'une collectivité territoriale, organisation administrative d'un conservatoire, cadres d'emplois de la filière culturelle). Le candidat doit notamment manifester une connaissance du dispositif de classement des conservatoires, de la Charte de l'enseignement artistique spécialisé, des différents schémas nationaux d'orientation pédagogique ; il devra s'être approprié ces textes et montrer sa capacité à les mettre en oeuvre (organisation globale des cursus, progression de l'enseignement, enjeux des enseignements complémentaires, enjeux de la transversalité des disciplines, missions et place du conservatoire dans la cité, etc.)

Le dossier comprend un rapport établi par l'autorité territoriale et toute pièce dont le candidat juge utile de faire état. Il doit par ailleurs comporter un certain nombre d'informations détaillées dans ce document.

 

V. Après les épreuves

 

- Dans le cas d'un avancement de grade : l’agent qui n’est pas promu suite à son inscription au tableau d’avancement continue à remplir les conditions pour être inscrit et éventuellement nommé la fois suivante. La réinscription de l’agent peut être renouvelée chaque année sous réserve de ne pas être interrompue une année.

- Dans le cas d'une promotion interne : la réussite à un examen professionnel ne vaut pas recrutement : le fonctionnaire devra être préalablement proposé par son employeur afin d’être inscrit sur la liste d’aptitude. Cet examen professionnel reste valable tant que le fonctionnaire n’est pas inscrit sur la liste d’aptitude. A compter de l’inscription en revanche, l’examen aura la même durée de validité que la liste d’aptitude : si le lauréat n'a pas été nommé à l'issue de la première année dans le cadre d'emplois de PEA, il est réinscrit une deuxième année - et ainsi de suite, pour une durée totale maximale de 4 ans. La personne déclarée apte ne bénéficie de ce droit la troisième et la quatrième années qu'à la condition d'avoir demandé par écrit à être maintenue sur ces listes au terme des deux premières années suivant son inscription initiale et au terme de la troisième. Le décompte de cette période de quatre ans est suspendu pendant la durée des congés parental, de maternité, d'adoption, de présence parentale et d'accompagnement d'une personne en fin de vie, ainsi que du congé de longue durée et de celle de l'accomplissement des obligations du service national. Il est également suspendu pour les élus locaux jusqu'au terme de leur mandat.