Le CA (Certificat d'aptitude) de professeur de musique

resize

AddToAny

Share/Save

 

Depuis le décret n°2016-956 du 16 juillet 2016 et l'arrêté du 29 juillet 2016, le certificat d'aptitude (CA) aux fonctions de professeur de musique est homologué par l’État comme diplôme d’enseignement supérieur de niveau I (fin de 2ème cycle d'études supérieures). 

Le CA est encadré par un référentiel d’activités professionnelles et de certification, porté en annexe de l'arrêté du 29 juillet 2016 (Bulletin officiel du ministère de la culture, n°261, août 2016, p. 34-48). Il compte deux parties : un contexte métier et un référentiel d'activités professionnelles proprement dit.

 

I. Disciplines

 

Les disciplines dans lesquelles sont délivrées le CA de professeur de musique ont été redéfinies par l'annexe 2 de l'arrêté du 29 juillet 2016 (Bulletin officiel du ministère de la culture, n°261, août 2016, p. 49)

- Enseignement instrumental ou vocal

Domaine « classique à contemporain » (options : instruments concernés)
Domaine « musique ancienne » (options : instruments concernés)
Domaine « musiques traditionnelles » (options : aire culturelle, instruments concernés)
 
Domaine « jazz et musiques improvisées » (options : instruments concernés)         
Domaine « musiques actuelles amplifiées » (options : instruments concernés).


- Formation musicale

- Culture musicale

- Ecriture

- Création musicale contemporaine (options : composition instrumentale et vocale, composition électroacoustique sur support et temps réel, musique mixte)

- Accompagnement (options : musique, danse)

- Direction d'ensembles (options : instrumentaux, vocaux)

 

II. Comment obtenir le CA ?

 

II.1. Panorama général

Le CA peut-être obtenu :

- par la voie de la formation initiale : L'accès à la formation initiale au CA est subordonné à la réussite d'un concours d'entrée, ouvert aux candidats justifiant des deux conditions suivantes : 1° être titulaire d'un DE de professeur de musique ou d'un CA aux fonctions de professeur de musique dans une autre discipline, un autre domaine ou une autre option, ou d'un DNSPM ou d'un diplôme validant un premier cycle d'enseignement supérieur en musique ou d'un bachelor ou d'un master européen dans la discipline, et le cas échéant le domaine et l'option, du CA attendu ; 2° être titulaire du baccalauréat ou d'un diplôme français ou étranger admis en dispense ou en équivalence.

- par la formation professionnelle continue : L'accès à la formation continue au CA est conditionné à la réussite d'un examen d'entrée, ouvert aux candidats titulaires : 1° soit d'un DE de professeur de musique, ou d'un CA aux fonctions de professeur de musique dans une autre discipline, un autre domaine ou une autre option ; 2° soit d'un DNSPM ou d'un diplôme validant un premier cycle d'enseignement supérieur en musique ou d'un bachelor ou d'un master européen, dans la discipline et le cas échéant le domaine et l'option, du CA attendu. Les candidats doivent en outre remplir l'une des conditions suivantes : 1° justifier d'une expérience d'enseignement dans le domaine musical en qualité de salarié d'une durée d'au moins 2 ans, à raison de 5 heures par semaine au moins sur 30 semaines par an ou leur équivalent en volume horaire annuel ; 2° ou justifier d'une pratique professionnelle en qualité de musicien d'une durée d'au moins 3 années, pouvant notamment être attestée par 72 cachets sur3  ans ; 3° ou exercer une activité d'enseignement en qualité de salarié à raison de 5 heures par semaine au moins ou être engagé dans une démarche de réorientation professionnelle.

- par la voie de l'apprentissage ;

- par la validation des acquis de l'expérience ;

 

Contrairement à ce qui avait cours il y a encore quelques années, il n'est donc plus possible de passer le CA en "candidat libre".

 

II.2. Les formations au CA

La formation initiale et la formation professionnelle continue portent sur la pratique musicale et pédagogique, la culture pédagogique et artistique, notamment musicale incluant la production d'écrits, la conduite d'équipe, la conception et la réalisation de projet, l'environnement territorial et professionnel, l'organisation et la formalisation de la réflexion pédagogique. Sa durée de référence est de 900 heures. 

Le cursus comporte des stages pratiques de pédagogie en musique dont au moins un se déroule dans un établissement d'enseignement artistique ou un centre de formation artistique. La majeure partie des périodes de stage donne la possibilité d'être placé en situation d'enseignement. Ces stages peuvent en outre se dérouler dans des structures de création ou de diffusion. Ils présentent une durée minimale cumulée de 80 heures. En formation continue, les stages pratiques de pédagogie peuvent se dérouler pour partie dans le cadre de l'exercice de l'activité d'enseignement du candidat. Un tutorat externe à l'établissement d'exercice est alors mis en place.

 

II.3. La validation des acquis de l'expérience (VAE)

 

MAJ 28/09/2016 : Aucune VAE du CA n'a, à ce jour, été organisée. La parution de l'arrêté du 26 juillet 2016 en offre la possibilité prochaine. Un avis en vue de l'habilitation des établissements à délivrer le CA aux fonctions de professeur de musique a été publié au Journal Officiel du 15 septembre 2016. Il précise que les structures désirant être habilitées à délivrer le CA (les CNSMD, probablement un ou plusieurs pôles supérieurs) doivent renvoyer leur dossier avant le 15 décembre 2016. Aucune VAE ne pourra être organisée avant que ces dossiers ne soient instruits et que ne soient désignés les établissements habilités à délivrer ce diplôme - et donc, à organiser une VAE. Tout cela devrait se dérouler courant 2017. En attendant, nous ne savons toujours pas quand et où auront lieu ces futures sessions de VAE.

Nous détaillons ci-dessous ce que nous pouvons d'ores et déjà en dire, en vertu du parcours prévu par l'arrêté du 29 juillet 2016. Il décline les principes de la VAE énoncés de manière générale par l'article L. 335-5 du Code de l'éducation... Or celui-ci a été modifié par l'article 78 de la loi n° 2016-1088 du 8 août 2016 relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels. Voici les modifications apportées par ce texte de loi, et n'ayant pas (encore ?) été délinées pour le CA (les décrets d'application de la loi ne sont de toutes façons pas encore parus) :

- Pour qu’une demande de validation soit recevable, la durée d’activité requise était de 3 ans et ce, que l’activité ait été exercée de façon continue ou non. Cette durée d’activité passe de 3 ans à 1 an et ce, « que l’activité ait été exercée de façon continue ou non ». Aussi, elle prend maintenant en compte – pour tout candidat – les périodes de formation initiale ou continue en milieu professionnel.

-  Dans le cas d'une validation partielle, les unités acquises l'étaient pour une durée de 5 ans à compter de la notification de la décision du jury. La "loi Travail" lève cette limite de validité : les unités acquises le sont à vie.

 

 

- Critères d'éligibilité :

Le CA peut être délivré par la validation des acquis de l'expérience aux candidats qui justifient de compétences acquises dans l'exercice d'activités salariées, non salariées ou bénévoles, de façon continue ou non, en rapport direct avec les activités et compétences définies par le référentiel d'activités professionnelles et de certification du CA (voir plus haut) : enseignement musical, prestations en concert, jurys, etc. 

Cette activité doit couvrir une durée cumulée d'au moins 1440 heures, dont au moins 960 heures d'enseignement de la discipline dans laquelle vous présentez le CA. Il n'y a pas d'autre obligation requise que de pouvoir justifier cette ancienneté (aucun critère de diplôme, d'âge, de nationalité, etc.)

- Parcours VAE :

Le parcours VAE pour le CA comporte plusieurs étapes, détaillées dans l'annexe 3 de l'arrêté du 29 juillet 2016 (Bulletin officiel du ministère de la culture, n°261, août 2016, p. 49-50) :

1° Phase 1 :

Élaboration du livret de recevabilité : ce dossier doit permettre au jury de vérifier que le candidat présente bien l’ancienneté requise (attestations d'employeurs, contrats de travail, fiches de paie, etc.)

2° Phase 2 :

a) Élaboration du livret de compétences par le candidat et dépôt auprès de l’organisme valideur : ce dossier diffère en fonction des structures organisant la VAE. L’expérience doit quoi qu'il en soit y être analysée et déclinée sous forme de connaissances, aptitudes et compétences associées, acquises dans l’activité professionnelle du candidat ; cette analyse doit permettre au candidat de prouver au jury qu'il maîtrise les compétences professionnelles listées dans le référentiel d'activités professionnelles du CA. Le candidat dispoge généralement de 6 à 12 mois pour constituer ce dossier. Le dossier doit comporter les éléments suivants :

- diplômes, attestations de formation, programmes de concerts, articles de presse, enregistrements, etc.

- justificatifs de l’expérience pédagogique du candidat : cursus et niveau des élèves, attestations de responsables d’établissement ou d’employeurs, projets pédagogiques mis en oeuvre.

Au travers des différentes pièces qui constituent son dossier, le candidat doit fournir les éléments permettant d’identifier le niveau de sa pratique et de son expérience musicale, présenter ses expériences pédagogiques et artistiques ainsi que les éléments
éclairants de son parcours personnel. Le dossier du candidat doit permettre d’apprécier sa connaissance des modalités d’élaboration et de structuration d’un projet d’enseignement dans le cadre des cycles de l’enseignement initial de la musique ainsi
que sa capacité à situer le rôle et les missions d’un titulaire du CA au sein de ce projet.

b) Entretien avec le jury (45 minutes), éventuellement complété, sur demande du jury, d'une mise en situation professionnelle (artistique et/ou pédagogique).

Au cours de l’entretien, le jury s’attache à vérifier les connaissances du candidat ainsi que sa capacité à évaluer son activité et à en concevoir une approche critique au regard de son expérience, de sa connaissance de l’environnement professionnel et de sa culture musicale, pédagogique et plus largement artistique.

Les mises en situation sont exceptionnelles et visent à lever les doutes éventuels du jury. La mise en situation peut consister selon la discipline visée et les compétences à vérifier en une mise en situation pédagogique, en une épreuve d’interprétation d’un programme d’un programme diversifié, en soliste ou ensemble, une épreuve d’analyse ou de culture musicale, une épreuve de lecture à vue, une épreuve de composition, une épreuve de direction d’ensemble instrumental ou vocal. Le jury peut définir une mise en situation professionnelle associant plusieurs de ces composantes. La mise en situation est évaluée par deux examinateurs spécialisés relevant de la discipline et du domaine du candidat, désignés par le directeur de l’établissement habilité. Ils peuvent échanger avec le candidat sur sa prestation à l’issue de celle-ci. Les examinateurs dressent un rapport d’évaluation à l’attention du jury. Ils ne participent pas aux délibérations du jury.

La mise en situation pédagogique se déroule dans un établissement au sein duquel le candidat exerce son activité d’enseignement. En cas d’impossibilité, l’établissement habilité met à la disposition du candidat les moyens permettant de reconstituer une mise en situation pédagogique. Cette mise en situation se termine par un bilan établi par le candidat lors d’un bref entretien avec les examinateurs. Les examinateurs s’attachent à observer les compétences pédagogiques du candidat au service d’une proposition artistique, sa relation aux élèves, sa capacité à établir une relation fondée sur l’exigence et sur l’écoute, sa capacité à orienter le travail des élèves et à en développer l’autonomie en sollicitant leur concours actif.

La mise en situation artistique permet d’évaluer le candidat, selon les cas, sur sa connaissance des styles et des langages, sa maîtrise des techniques instrumentales ou vocales, ses qualités d’interprétation, d’improvisation, son choix de répertoire et ses
connaissances théoriques (Durée : 45 minutes maximum, incluant l’échange avec le candidat. Une heure maximum en cas de mise en situation professionnelle associant une mise en situation pédagogique et une mise en situation artistique).

c) Décision du jury : à l’issue de la démarche, le candidat peut obtenir :

- une validation complète : le candidat obtient son diplôme. Notons que le document officiel délivré ne portera pas mention du mode d’obtention.
- une validation partielle : le candidat n’obtient qu’une partie du diplôme. Il a alors cinq ans pour réunir les composantes manquantes. Pour ce faire, le candidat pourra suivre une formation complémentaire et tenter une nouvelle demande de VAE après avoir complété son expérience.
- aucune validation.

 

III. Où obtenir le CA ?

 

Les formations (initiale ou continue) et les VAE pour le CA sont dispensée et organisées par les établissements d’enseignement supérieur habilités à cette fin par le ministère de la Culture. A l'heure où ces lignes sont écrites (MAJ : 16/09/2016), seuls les deux CNSM sont habilités à délivrer le CA, dans les disciplines suivantes :

Au CNSMD de Lyon : violon, alto, violoncelle, contrebasse, flûte, hautbois, clarinette, basson, saxophone, cor, trompette, trombone, tuba, piano, percussion, harpe, orgue, accordéon, guitare, musique ancienne, chant, direction de chœurs, accompagnement piano, écriture, culture musicale, jazz, composition musique électro-acoustique.

Au CNSMD de Paris : flûte, hautbois, clarinette, basson, saxophone, cor, trompette, trombone, tuba, percussions, musique ancienne (viole de gambe, clavecin, orgue), violon, alto, cioloncelle, contrebasse, harpe, piano, guitare, accompagnement, chant, jazz.

Il est probable que la campagne d'habilitation lancée en septembre 2016 permettra à certains pôles supérieurs d'être habilités à délivrer le CA (MAJ : 28/09/2016).

Les formations proposées par les CNSMD de Paris et de Lyon sont présentés dans les documents mis en lien. 

 

IV. Après le CA

 

IV.2. Vers l’emploi

Les titulaires du CA sont susceptibles d’être recrutés tant par les collectivités territoriales que par les écoles associatives privées pour enseigner leur discipline. Les lauréats d'un CA ont vocation à être embauché, dans la fonction publique territoriale, dans le cadre d'emplois des Professeurs d'enseignement artistique (PEA) ; force est toutefois de constater que les postes de PEA vont hélas en se raréfiant.

 

IV.3. Vers les concours

En plus de certifier la maîtrise de compétences pédagogiques et musicales auprès des employeurs, le CA permet d’accéder au concours externe de PEA de la fonction publique territoriale.

A noter : les professeurs n'ayant pas le CA peuvent tout de même passer le concours externe de PEA, à condition de se faire dispenser de cette obligation par la Commission d'Equivalence des Diplômes du CNFPT.

 

Contacts et infos pratiques :

Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris (CNSMDP)
Département de pédagogie : 209, avenue Jean-Jaurès. 75019 Paris
Tél. : 01 40 40 46 65 / 01 40 40 47 51

Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon (CNSMDL)
3 quai Chaveau, CP 120. 69 266 Lyon Cedex 09 / Tél. : 04 72 19 26 26