La réforme LMD

resize

AddToAny

Share/Save

 

Initiée en 1998 par 4 pays (Allemagne, Grande-Bretagne, Italie et France), la réforme dite LMD participe de l’harmonisation des cursus d'enseignement supérieur européens. Ceux-ci sont désormais organisés autour de trois diplômes : la licence (L), le master (M) et le doctorat (D).

Cette nouvelle organisation permet d'accroître la mobilité des étudiants européens (idée d’ « espace européen de l’enseignement supérieur »), d’encourager la circulation entre les disciplines et de constituer des passerelles entre formations professionnelles et générales.

 

Le dispositif français a ainsi créée un nouveau diplôme de licence (niveau bac + 3). Il se substitue à l'ancien diplôme d'études universitaires générales (DEUG) en deux ans suivi de la licence en un an. À l'issue de la licence, les étudiants peuvent préparer le diplôme de master (niveau bac + 5). À l'issue du cursus Master, les étudiants peuvent s'inscrire en vue de préparer un doctorat. La durée de préparation du doctorat est en règle générale de trois ans (bac + 8). Certaines formations supérieures professionnelles dispensées par des établissements français demeurent toutefois sanctionnées par des diplômes ne s'inscrivant pas dans le LMD : le brevet de technicien supérieur (BTS), le diplôme universitaire de technologie (DUT), le diplôme d'études universitaires scientifiques et techniques (DEUST), le diplôme universitaire (DU) ou le Diplôme universitaire de musiciens intervenants (DUMI). Ce dernier, qui est aujourd'hui un diplôme de niveau III (Bac +2), est toutefois en cours de réévaluation : il ne va pas tarder à être réévalué soit au niveau L, soit plus probablement au niveau M (MAJ : 03/03/2016).

 

Autre dimension essentielle de la réforme : les études ne sont désormais plus organisées en années, ni en UV (unités de valeur), mais en semestres. A chaque semestre d'études sont affectés 30 crédits ou ECTS (European Credit Transfert System).

Obtenir une licence nécessite de valider 6 semestres d’étude – soit, d’obtenir 180 crédits ; pour un master, ce sera 4 semestres (soit 300 crédits). Intérêt : les crédits sont transférables et capitalisables partout en Europe. Un diplôme peut ainsi être préparé en partie à l'étranger, en partie en France. En outre, l'étudiant peut personnaliser son itinéraire grâce aux enseignements optionnels ou libres, pris en compte dans la validation d'un semestre.

 

Pour en savoir plus :

Voir les pages consacrées à la réforme LMD par les sites :

- du Conseil de l’Europe

- du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

- de la Philharmonie de Paris

- de l'Association européenne des conservatoires